Big in Japan : cette expression désigne les artistes qui connaissent un succès plus grand au Japon que dans leur propre pays. Le mangaka Jirô Taniguchi, pour sa part, est big in France : auteur considéré comme secondaire par ses concitoyens, il est un des mangakas les plus connus et appréciés du public francophone. Son principal succès « Quartier lointain » s’est vendu dix fois plus dans l’Hexagone qu’au Pays du soleil levant. Sa dernière nouveauté, « Elle s’appelait Tomoji » se hisse, pour son premier mois de commercialisation, à la 3ème place des meilleures ventes de mangas.

L’édition 2015 du Festival d’Angoulême a notamment été marquée par la présence de Jirô Taniguchi, l’auteur de « L’Homme qui marche », « Le Gourmet solitaire », « Quartier lointain » et « Le Sommet des dieux ». Influencé par la bande dessinée franco-belge, Taniguchi a composé une œuvre riche et variée, même s’il est surtout connu du public européen pour ses ouvrages contemplatifs. « Elle s’appelait Tomoji », publié chez Rue de Sèvres et tiré à 25 000 exemplaires, monte sur le podium de tête du classement GfK/Livres Hebdo de février 2015, juste derrière les incontournables « One Piece » T73 et « Fairy Tail » T42. Rue de Sèvres : un nouvel éditeur, pour cet auteur habituellement fidèle à ses éditeurs historiques : Casterman et Kana ? Pas tout à fait, car en publiant chez Rue de Sèvres, Taniguchi a en réalité suivi Nadia Gibert qui était déjà son éditrice dans ses fonctions précédentes chez Casterman. « Elle s’appelait Tomoji » est l’histoire d’une jeune femme dans le Japon rural du début du XXe siècle. C’est l’occasion pour le mangaka d’explorer l’ère Taishô (1912-1926), et de montrer le tremblement de terre ravageur de 1923, dans une scène qui n’est pas neutre pour Taniguchi. En effet, elle fait écho à un traumatisme de jeunesse, le grand incendie de Tottori sa ville natale que l’auteur a vécu en 1952, et qu’il a dessiné dans « Le Journal de mon père » (voir la chronique de Gwenaël Jacquet : « Elle s’appelait Tomoji » par Jirô Taniguchi ).

Hormis ce one-shot, le haut et le milieu du classement font la part belle aux séries bien installées. « Assassination Classroom », « Seven Deady Sins », « Black Butler », « King’s Game Extreme », « Area D » et « L’Attaque des titans : Before The Fall » placent leurs nouveautés dans le tableau, avec des tirages situés entre 25 000 et 37 000 exemplaires. « Naruto » T65 qui en est à son 4ème mois d’exploitation se maintient en 9ème place des meilleures ventes de mangas… Le volume 66, en vente depuis le 6 mars, se situe pour sa part dans le Top20 des meilleures ventes de livres, tous segments confondus : il ne fait aucun doute qu’on reparlera de ninjas le mois prochain !

Le public manga ne se contente pas de confirmer des succès établis : la dernière partie du classementLivres Hebdo/GfK montre 3 nouveautés. « King’s Game Origin » T1, à la 14ème place du classement et avec un tirage de 30 000 exemplaires, est un faux débutant, puisque deux autres saisons ont déjà popularisé ce manga en mode survival. Cette fois, on revient en 1977, dans le village de Yonaki, là où le jeu macabre a commencé…

En 12ème position, « Noragami », lancé par les éditions Pika avec un tirage de 20 000 exemplaires et la parution simultanée des deux premiers volumes. Un certain nombre de lecteurs auront choisi de n’acheter que le premier, puisque seul le volume 1 se trouve dans notre classement. L’histoire est celle d’un dieu tellement en manque de fidèles, qu’il en est réduit à troquer des miracles (et parfois de simples services ménagers) contre un peu de dévotion… On le comprend, l’humour est bien présent dans ce shônen, qui fait également la part belle à la baston et aux créatures fantastiques.

À la 15ème et dernière place du classement, une autre nouveauté, « A Silent Voice », un manga touchant dont le succès public a conduit son éditeur Ki-oon, qui avait vu un peu juste avec un tirage initial à 10 000 exemplaires, à imprimer d’urgence un nouveau lot, pour arriver à un total (temporaire ?) de 17 000 exemplaires. Cette fois, l’intrigue est ancrée dans le réel et parle d’un phénomène relativement fréquent dans les écoles japonaises : l’ijime, c’est-à-dire le rejet accompagné de brimades d’un élève, par une bonne partie de sa classe. Dans le cas présent, c’est Shoko, une jeune fille malentendante, qui est ijimekko (autrement dit, victime d’ijime). Avec un tel sujet, on pourrait craindre une dérive vers le mélo, mais l’auteur Yoshitoki Oima, avec une approche subtile et humaine, renverse les points de vue et conduit finalement le lecteur à réfléchir autant qu’à s’émouvoir.

Jérôme BRIOT

"Top 15 manga" de février 2015(copyright GfK / Livres Hebdo)

CLASSEMENT SERIES AUTEURS EDITEURS
1er (=) 2ème mois One Piece T.73 Eiichiro Oda GLENAT
2ème (=) 2ème mois Fairy Tail T.42 Hiro Mashima PIKA
3ème   nouveau Elle s'appelait Tomoji Jirô Taniguchi RUE DE SÈVRES
4ème   nouveau Assassination Classroom T.7 Yusei Matsui KANA
5ème   nouveau Seven Deadly Sins T.7 Nakaba Suzuki PIKA
6ème   nouveau Black Butler T.18 Yana Toboso KANA
7ème   nouveau King’s Game Extreme T.5 Nobuaki Kanazawa, Renji Kuriyama KI-OON
8ème   nouveau L'Attaque des titans : Before the Fall T.3 Satoshi Shiki, Hajime Isayama PIKA
9ème (-4) 4ème mois Naruto T.65 Masashi Kishimoto KANA
10ème   nouveau Area D T.6 Kyung-Il Yang, Kyôichi Nanatsuki PIKA
11ème (-8) 2ème mois L'Attaque des titans T.11 Hajime Isayama PIKA
12ème   nouveau Noragami T.1 Adachitoka Adachitoka PIKA
13ème (-7) 3ème mois Fairy Tail T.41 Hiro Mashima PIKA
14ème   nouveau King’s Game Origin T.1 J-ta Yamada, Nobuaki Kanazawa KI-OON
15ème   nouveau A Silent Voice T.1 Yoshitoki Oima KI-OON

Article paru sur BDzoom